Votre santé émotionnelle est une priorité

Prendre du temps pour vous même, pour vous écouter, vous détendre, vous reposer…Sans culpabiliser… Comme je vous dis toujours pensez quand on est à bord d’un avion, les consignes en cas sont: sécurisez vous en premier ensuite les autres…

Prendre un moment pour faire ce qui vous nourrit, ce qui vous recharge d’énergies positives, ce qui vous passionne et qui vous fait plaisir

Prendre du recul sur ce qui vous créé du stress et qui perturbe votre équilibre et votre sérénité. Prendre un moment de distance avec ce que vous ne pouvez changer…

Rappelez-vous que votre santé mentale est une priorité. Apprenez à la préserver en vous offrant du temps pour vous avec des activités qui vous font du ben et aussi par un soin massothérapie ou un soin énergétique. Sérénité absolue et garantie. Je vous reçois dans un espace sacré, dédié à votre mieux-être avec bienveillance.

Pour la santé mentale, la massothérapie demeure un service essentiel et je suis honorée de vous recevoir et vous accompagner par le corps sur le chemin du bien-être.

Les bienfaits de la massothérapie en temps de Covid

Texte copié de l’excellent livre de Frédéric Lenoir: Vivre dans un monde imprévisible
Frédéric Lenoir est philosophe, sociologue et écrivain. Ses essais et romans se sont vendus à plus de 7 millions d’exemplaires (je les ai tous lus et j’ai eu le bonheur de le rencontrer en conférence sur le bonheur ici à Montréal il y a quelques années.

(Dans plusieurs de mes articles), je vous parle des hormones du bonheur que j’aime appeler les hormones en « ine » prouvé qu’elles sont libérées lors d’un massage et qui influent directement sur le bonheur. Voici donc ce que Frédéric Lenoir dit:

Au cours des dernières décennies, l’essor des neurosciences a mis au jour une extraordinaire chimie du cerveau qui influe directement sur notre bien-être. Ces recherches ont notamment permis de découvrir le rôle capital des neuromédiateurs dans notre équilibre émotionnel. Les neuromédiateurs sont des substances chimiques libérées par les neurones et agissant sur d’autres neurones. On en a dénombré une soixantaine, mais, selon les études menées grâce aux techniques d’imagerie cérébrale – notamment au sein du Brain Bio Center de Princeton, sous l’impulsion du neurobiologiste Eric Braverman -, les quatre qui exercent la plus forte influence sur notre comportement sont la dopamine, la sérotonine, l’acétylcholine et le GABA ( acide gamma-aminobutyrique). La dopamine est sans doute la plus importante: associée aux plaisirs, elle nous procure un sentiment de satisfaction, de motivation, d’appétit de vivre. La sérotonine est aussi impliquée dans la joie de vivre, la sérénité, le contentement, l’optimisme, mais aussi le sommeil. C’est la principale molécule utilisée par les laboratoires pharmaceutiques pour mettre au point des antidépresseurs. (Je vous dis souvent en soin que mes mains sont comme des antidépresseurs) L’acétylcholine est davantage associée à l’intuition, à la créativité, au goût de l’aventure. Le GABA, enfin, favorise la prise de recul, la bienveillance, le dévouement. Il est également impliqué dans la production d’endorphines, molécules libérées pendant l’effort physique, créant une sensation d’euphorie.

Outre les neuromédiateurs, notre cerveau subit aussi l’influence des hormones, ces substances sécrétées par les glandes endocrines, telle que l’hypophyse, la thyroïde, les surrénales ou les glandes génitales. Libérées dans le sang par ces glandes endocrines, les hormones von en général se lier à une protéine qui régule leur action pour assurer le bon fonctionnement d’un grand nombre de fonctions physiologiques. Parmi les hormones qui jouent un rôle dans le bien-être, on trouve l’ocytocine, notamment libérée lors de l’orgasme ou de l’allaitement, et qui favorise la relation aux autres, l’empathie, la tendresse.

Le système hormonal, tout comme les neuromédiateurs, s’autorégulent par un système de feed-back qui encourage ou freine leur production. Mais celui-ci es déréglé par le stress. Un traumatisme, un choc émotionnel, un état général d’anxiété bouleversent la chimie de notre organise, ce qui ne fait qu’accentuer le stress ett notre sentiment de mal-être ou de déprime.

La crise du Covid-19 a provoqué chez beaucoup un stress puissant: peur de la maladie et de la mort (voire deuil pour ceux dont les proches sont décédés) angoisse face à l’incertitude de l’avenir, à la faillite économique, anxiété devant l’impossibilité de circuler librement et rejoindre certains de nos proches, etc. Par la perte de nos repères habituels, elle a aussi favorisé, comme l’a expliqué le docteur Yann Rougié, spécialisé en neurosciences, un effondrement de la sérotonine, de la dopamine et de l’ocytocine, puisque beaucoup ont été confrontés à un vide d’action et à un vide relationnel. Dans notre quotidien, en effet, nous nous organisons pour satisfaire nos besoins d’action et de relation. Nous organisons nos vies, autant que nous le pouvons, en fonction de ce qui apporte du plaisir, de la satisfaction, de la joie. Nous cherchons naturellement une activité professionnelle et des loisirs qui nous font du bien, nous cultivons notre appartenance à une famille, une communauté, un réseau d’amis, une entreprise. Or tout cela s’est effondré brutalement, en totalité ou en partie, par le confinement, et la désorganisation de nos vies qui s’en est suivi. Il en va de même lorsque nos vies sont bouleversées par une maladie grave, un divorce, un deuil, une perte d’emploi, etc. Il convent alors de ne pas rester passifs et de remplacer nos activités habituelles par d’autres, adaptées à la situation nouvelle, qui répondent à nos besoins fondamentaux d’action et de relation. Cette réadaptation est nécessaire pour réguler la chimie de notre cerveau qui a été perturbée par ce brutal changement de mode de vie.

C’est d’ailleurs ce que beaucoup de gens confinés ont fait en se lançant dans de nouvelles activités artistiques, en organisant via Internet, parfois quotidiennement, des « apéros-corona » etc. La dimension ludique et festive de ces rencontres est capitale, car elle permet de cultiver des émotions positives, indispensables à notre équilibre. À l’inverse, passer des heures à regarder les -mauvaises- nouvelles, à écouter la litanie du décompte quotidien des morts, à suivre des reportages angoissants sur les services hospitaliers etc. ne fait que renforcer notre anxiété et perturber notre équilibre chimique et émotionnel.

Arrêtez de regarder en boucles des images anxiogènes si vous voulez aller mieux. Aller mieux dans tous les sens du terme: tant sur le plan de notre équilibre intérieur/émotionnel que sur le plan de la santé physique, puisque l’on sait que ces deux dimensions sont liées: bien des maladies surviennent après un choc et, inversement, un bon équilibre émotionnel favorise la santé. Ce qui faisait dire à Voltaire, avec un brin d’humour: « je m’efforce d’être heureux, parce qu’il paraît que c’est bon pour la santé » Quand on sait que notre système immunitaire est aussi relié à notre équilibre émotionnel, ce que m’a confirmé le Dr Rougier et plusieurs amis médecins, on a sacrément intérêt à cultiver nos émotion positives en période de pandémie!

Lorsque nous sommes fragilisés, angoissés, déstabilisés, il n’y sans doute pas de meilleur remède que de rechercher ce qui nous procure du plaisir ou de la joie: savourer des mets qu’on aime, faire du sport, cultiver son jardin, s’adonner à une activité créatrice, se promener dans la nature, téléphoner à un ami cher, écouter un morceau de musique qui nous apaise, faire du yoga, méditer, regarder un film qui nous met de bonne humeur, savourer un bon verre de vin…

Tout est dit: on ne peut quitter une émotion ou un sentiment de peur, de tristesse, de colère, un dépression, qu’en mobilisant une autre émotion ou sentiment positif: du plaisir, de la gratitude, de l’amour, de la joie. De manière générale, mais davantage encore en période de crise, recherchons toute expérience qui nous procure des émotions positives, de satisfaction de vivre.

C’est ici qui j’ajoute que recevoir un massage sur une base régulière procure un sentiment de bonheur, de mieux-être afin de libérer ces belles hormones qui font tant de bien.

Les mesures sanitaires sont scrupuleusement respectées dans mon bureau.

Claude

Vous recevoir tel que vous êtes

Offrez-vous un Moment dans un espace sécuritaire ou je vous reçois tel que vous êtes.

Libres d’avoir le corps que vous avez. Libre de tout jugement. Libre de ressentir ce que vous ressentez. Libre de vivre vos émotions. Vous avez juste à « être » tel que vous êtes. Je suis à l’écoute de vos besoins et ressentis.

Cet espace sécuritaire se trouve non seulement dans mon bureau quand je vous accompagne en soin mais aussi à l’intérieur de vous, dans votre corps et dans votre cœur.

Osez parcourir ce chemin pour un voyage corporel intérieur avec un soin avec moi.

Investir en soi n’est pas un luxe mais une nécessité

Votre corps est magnifique

Toucher votre corps dans toute sa vulnérabilité, dans toutes vos parfaites imperfections, dans toute votre splendeur d’être, c’est ça ma raison d’être.

Je suis passée moi aussi par l’épuisement d’une grosse carrière et de super woman sans avoir jamais pris conscience de mon ressenti corporel, bien que je me faisais masser à chaque mois dans des spa…

C’est pour ça qu’on me dit toujours que mon toucher est bienveillant, réconfortant, voir maternant. Moi je dis: Un toucher du cœur depuis 2013.

Je ne suis jamais dans la mécanique du corps et des muscles…(bien que ça a fait parti de mon cursus de formation)  car au delà des muscles, il y a VOUS… je masse d’abord et avant tout un être à part entière avec un vécu, des émotions et des douleurs non comprises.

Je laisse toujours mon intuition me guider avec votre niveau d’abandon corporel, dans l’écoute, l’empathie et la bienveillance, et ce, sans jugement.

Prendre soin de vous par un massage ou un soin énergétique dans votre tourbillon du quotidien est un honneur. Venez, osez goûter la plénitude du toucher. Vous repartirez habités d’un sentiment de mieux-être, d’équilibre émotionnel, d’épanouissement et de sérénité.

Namaste
Claude